Georges Mathieu, les années 60-70